Flux RSS

[News] Interview de Bruce « Automatic » et Ebony, les dernier collaborateurs de Junsu

Publié le
Automatic et Ebony- Photo venant de la page Facebook de Bruce “Automatic” Vanderveer

Le 2 septembre, je me suis retrouvé à l’Hollywood Palladium pour le concert de Kim Junsu, le phénomène K-Pop, invité par le producteur de musique Bruce “Automatic” Vanderveer et la directrice vocale Ebony Rae Cunningham. Quand Kim a chanté “Uncommitted,” la chanson que le duo à produite pour le premier single anglais de Junsu, ils ont tout les deux commencé à se balancer sur la musique et à chanter avec lui.

Lorsque la chanson s’est terminée, Junsu a remercié Automatic pour avoir écrit et produit le single, et Automatic l’a encouragé depuis le balcon : “Tu as fait en sorte que ça arrive, mec !”

Automatic est le président et PDG de InRage Entertainment, et Ebony Rae Cunningham est la vice-présidente. Elle était la directrice vocale pour « Uncommitted. »

Au milieu d’une petite discussion avec le duo, Automatic chanté de tout son coeur une note longue — et j’ai su qu’il y aurait une interview intéressante à venir. Ils ont tous les deux ensuite parlé plus en détail de leur expérience d’enregistrement et de leur relation musicale.

Ebony, Automatic, la mère de Junsu et Junsu. 

APA: Commençons par le commencement. Comment avez-vous commencé la musique ?

Ebony Rae Cunningham (ERC): J’ai commencé à l’église, comme beaucoup d’autres musiciens. J’ai entendu quelqu’un chanter un jour, et je me suis dit, « je peux faire ça ». J’ai commencé à chanter dans une chorale puis j’ai progressé pour devenir leader de la chorale. Plus tard, je suis allée à l’ University of South Florida puis à l’USC, où j’ai eu un diplôme de musique.

 Automatic (A):  J’ai commencé à en jouer quand j’avais 11 ans. Quand je vivais à Brrokly, il y avait un enfant dans le voisinage qui avait une guitare. Il ne me laissait jamais en jouer, et je n’arrêtais pas de dire,  “Je voudrais essayer. Je voudrais essayer”. Donc, je l’ai frappé, et j’ai pris sa guitare. Et j’ai commencé à en jouer. Ma mère a couru dehors et a dit, « Oh mon Dieu, comment est-ce que tu viens de jouer ça ? », et j’ai dit, « je ne sais pas » ! Mais j’ai appris comment jouer une chanson en 10 à 15 minutes, et elle a pris le téléphone pour dire « Mon fils, automatique, il sait jouer de la guitare ! » Elle était impressionnée et a commencé à m’appeler “Petit Automatic, Petit Automatic.” Et je suppose que j’ai ce talent, quand je prends juste un instrument et j’en joue. Je peux jouer de 11 instruments maintenant.

APA: Lui avez-vous rendu sa guitare ?

A: [rires] Oui, je la lui ai rendue… Mais je ne le voulais vraiment pas… Au fait, ma mère n’a jamais rien dit par rapport au fait que je l’ait frappé, donc c’était vraiment intéressant. [rires]

APA: Quels sont les 11 instruments que vous savez jouer ?

A: Batterie, trombone, basse, guitare, piano, tuba, clarinette, saxophone, trompette, xylophone… et un peu d’accordéon, mais j’y travaille. Oh, et je sais jouer du berimbau. C’est un instrument brésilien.

APA: Comment avez-vous mis la main sur tous ces instruments?

A: Après avoir frappé le premier enfant — vous savez, c’était mon caractère de Brooklyn [rires] — J’ai décidé de devenir sage. Au final ma mère m’a acheté une guitare et quand j’allais à l’école, je la prenais avec moi et je demandais aux enfants à l’école, « je peux échanger mon instrument avec le tien quelques jours ? ». Donc j’échangeais ma guitare contre un tuba, etc. Nous échangions, et c’est comme ça que j’ai appris à jouer beaucoup d’instruments. Je peux en jouer assez bien pour que ce soit sur CD, mais je ne les maîtrise complètement ou quoi que ce soit.

APA: Comment êtes-vous devenu musicien professionnel ?

A: J’étais à Red Hook, dans Brooklyn, et j’avais un groupe. On se produisait et on a joué pour beaucoup de maisons de disques et j’ai été refusé par 13 maisons de disques, donc c’était cinglé. Un gentleman est venu dans les rues dures de Brooklyn pour venir nous voir dans notre loft. On a fait un showcase, et ils voulaient nous signer. Donc, j’ai signé cheznMorgan Creek/Polygram Records et je suis littéralement passé d’un compte en banque vide à avoir $300,000 sur mon compte en 1 mois et demi. Je suis venu en Californie pour enregistrer mon premier album. J’ai vu des palmiers et j’ai pensé être sous les tropiques, donc j’ai dit « Je reste ! ». Mon premier album était intitulé Auto & Cherokee, le titre venant de moi et de la personne avec qui je travaillais à l’époque. On avait une chanson appelée “Taste” dans le film The Crush.

Je peux jouer beaucoup d’instruments et j’ai pensé que je pouvais enregistrer vraiment bien. J’avais mon propre studio quand j’avais 15 ans, donc j’avais l’habitude d’enregistrer mais apprendre comment enregistrer pour la radio était à un tout autre niveau. J’ai rencontré Jimmy Jam et Terry Lewis, les personnes responsables de Janet Jackson et New Edition. J’ai fait un accord de production avec eux, et ils m’ont guidé dans la production d’enregistrements. Donc, j’ai travaillé un peu pour Michael Jackson et j’ai développé deux groupes appelés Brown Stone et Quo. C’était plus un travail vocal, mais j’ai travaillé à la création de leurs groupes et je suis devenu un ami proche de Michael Jackson. Puis j’ai travaillé pour WB Television Network et j’ai fini chez Sony, qui aimait ce que je faisais. Ils voulaient me signer en tant qu’auteur et producteur, et je les ai rejoints à la fin de 1999.

APA: [à Ebony] Et vous ?

ERC: Après avoirété diplômée d’université, j’ai dû décision du chemin que je souhaitais prendre. Je voulais être une artiste, et non pas travailler pour quelqu’un d’autre. Quand j’ai rencontré Automatic et que j’ai appris ce sur quoi il travaillé, j’ai totalement adhéré à sa vision de la liberté artistique. J’ai accepté de travailler avec lui, et il m’a nommée vice-présidente.

A: C’est la vision de InRage Entertainment: le fait qu’il y a tellement de grands artistes qui n’ont pas la chance de s’exprimer. Parfois ils ne font que ce que leur maison de disque leur dit de faire. Certains peuvent chanter et jouer beaucoup de genres musicaux différents, mais ils n’en ont simplement pas l’opportunité. Donc je me sentais “in rage” (enragé) par le fait que nous n’avons pas assez de liberté artistique dans cette industrie, c’est comme ça que c’est devenu InRage Entertainment.

APA: En tant que producteur qui sait jouer tellement d’instruments, y-a-t-il un genre musical que vous aimez particulièrement jouer ?

A: C’est tellement drôle que vous le demandiez. Parce que je peux jouer tellement d’instruments, je suis ce qu’on peut appeler un « producteur hybride ». J’ai produit une grande variété de musiques différentes. En fait, mon premier enregistrement du Top Ten record était un chanson country de Bettina Bush, d’American Idol. Donc il n’y a pas de genre particulier dans lequel je sois meilleur. Je suis toujours en train de passer par les différentes phases d’enregistrement et de production des différents types musicaux. J’ai fait tout, du gospel au rock en passant par le hip-hop, et je suis ouvert à plus.

APA: Pour parler de votre dernière production, “Uncommitted,” comment êtes-vous entrés en contact avec C-JeS, et avez-vous commencé à travailler avec Junsu ?

A: Il y avait un employé de C-JeS. Il s’appelle Niddy,et il connaissait un de mes amis, qui m’a présenté comme un producteur de chez Sony. Donc Niddy m’a contacté et a dit : “Vous savez, chez C-JeS on cherche des chansons pour le groupe JYJ.” J’ai proposé quelques chansons et en fait, “Uncommitted” était une chanson que je n’étais pas sûr de devoir proposer, parce qu’elle était un peu plus douce que les autres choses que j’ai proposées. Les autres choses étaient plus fortes, plus up-tempo, frappaient plus fort alors que “Uncommitted” était mid-tempo et plus comme une ballade. Ce qui est incroyable c’est qu’ils m’aient rappelés en disant qu’ils aimaient “Uncommitted” et la voulait. Je me suis dit, « wow j’avais failli de pas la proposer ». Donc c’était tellement fou.

APA: Pourquoi avez-vous finalement proposé “Uncommitted” après avoir été incertain ?

A: J’ai pensé que malgré tout la chanson avait une histoire assez intéressante. J’ai pensé, « peut-être qu’ils en voudront ».  Une fois encore, la chanson parle d’un homme qui était un Don Juan / séducteur et qui rencontre la fille de ses rêves. Il décide qu’il ne veut plus être un séducteur, mais la fille dit « Je sais déjà qui tu es et je connais ton passé, et je ne crois pas que tu es fait pour ce genre de relation, alors amusons-nous et restons-en ici. » La garçon finit par avoir le coeur brisé pour la première fois. Donc je me suis dit que peut-être, c’était une bonne proposition, et qu’ils pourraient l’aimer.

APA: En préparant ce projet avec C-JeS, connaissiez-vous la K-Pop ou Junsu ?

A: Oui, ma fille est une grande fan de JYJ et elle était aussi une grande fan du groupe dont il faisait partie à l’origine. Elle aimait aussi Big Bang et Super Junior, et les a écoutées pendant de nombreuses années. Donc elle m’a dit « Tu dois écouter ce nouveau groupe K-Pop », et je pensais que c’étais cool mais je ne comprenait pas l’attrait (pour la K-Pop) à l’époque, parce que beaucoup de choses ressemblaient à la pop, comme la musique américaine. Mais quand j’ai commencé à apprécier un peu plus, je me suis rendu compte que les artistes K-Pop expérimentent beaucoup de genres différents, alors qu’aux Etats-Unis, nous nous contentons souvent de ce qui existe. Quand j’ai entendu que j’allais travailler avec Junsu, ma fille était tellement excitée : « Papa, tu sais qui c’est ? ». J’étais juste heureux que ma fille soit si excitée.

APA: “Uncommitted” a été enregistré aux Etats-Unis, n’est-ce pas ?

A: A l’origine nous devions aller en Corée et enregistrer là-bas. On essayait d’organiser les choses, d’adapter les billets d’avion et tout ça. Junsu travaillait beaucoup, avec sa tournée et l’enregistrement, donc les plans ont souvent été modifiés. Et, littéralement à la dernière minute, ils nous ont appelés pour dire « Nous allons le faire venir aux Etats-Unis ». Donc nous avons pu commencé à travailler dès qu’il est arrivé.

La meilleure chose qui soit arrivée c’est que, quand on a eu une réunion avec les managers de C-JeS et qu’ils nous ont fait asseoir, ils ont dit « Junsu arrive, et on va enregistrer la chanson. On veut en faire un single, et on va faire un clip pour ça ». Nous étions tellement surpris ! On pensait que ce ne serait qu’une chanson sur son single. Nous sommes rapidement rentrés en studio en quelques jours. Et, trois jours après avoir terminé au studio, on a commencé le clip vidéo. Tout est allé tellement vite. Nous n’avions toujours pas fini de mixer la chanson le jour du tournage. C-JeS est une maison de disque incroyable, ils avancent rapidement et fortement. Nous n’avons jamais un label travailler si rapidement.

Photobucket

APA: Comment s’est passé l’enregistrement avec Junsu ?

A: Je dois vous dire, Junsu est un artiste exceptionnel. J’aimais déjà sa voix. C’est nous avait fait décider de travailler avec lui. Nous savions qu’il faisait du bon boulot.  Ce que nous ne savions pas, c’était à quel point il était discipliné, quelle genre d’éthique du travail il a, et qui est ridiculement forte. Nous avons commencé en début d’après-midi, et en quelques heures, il avait toutes la chanson enregistrée. Je voulais lui donner une pause de temps en temps, mais il n’en voulais même pas. Il voulait juste continuer à travailler. Il est accro au travail, et extrêmement talentueux. Et nous avons passé du bon temps. C’était amusant. Nous avons rigolé, et fait des blagues. Nous avons travaillé dur. C’était l’une de nos meilleures expériences en studio. Nous avons été instantanément compatibles. Je ne peux pas l’expliquer. Si vous nous aviez vus, vous n’auriez pas cru qu’on travaillait. Vous avez entendu le résultat, c’était absolument incroyable. C’était l’une des plus faciles et des plus amusantes expériences qu’on a eu en studio.

ERC: Quand il est arrivé, je pense qu’il était prêt à simplement arriver en studio et chanter, mais on lui a demandé de s’asseoir sur le divan d’abord, et il a plus ou moins regardé autour en comme en disant « Qu’est-ce qui se passe ? Je suis prêt à chanter ». Donc on lui a parlé via Jun Dark (un employé de C-JeS) : “On veut vérifier les paroles anglaises avec toi ». Et il a fait cette tête, comme… « Oh, non… ». Il a jeté un oeil au papier et a fait cette petite chose gênée qu’il fait, quand il se couvre le visage et commence à rigoler. [rires] Il a lentement commencé à lire les paroles, phrase par phrase, et levait les yeux de temps en temps et commençait à rire. Il était tellement embarrassé, et on n’arrêtait pas de lui dire : »Non, tu t’en sors bien ! ». Ça sonnait déjà très bien, mais il y quelques voyelles et consonnes anglaises qui n’existent pas en coréen, donc nous avons travaillé dur pour régler ces choses, avec des expressions comme “Mets ta langue ici quand tu dis ça », ou « Ouvre ta bouche comme ça pour faire ce son ».

A: Nous avons commencé à travailler sur toutes sortes de prononciations et de sons. C’était drôle de ke regarder faire certaines grimaces et bouger sa bouche de toutes sortes de façons pour arriver à la bonne prononciation. Nous rigolions tous de comment certaines choses sonnaient en anglais. June Dark avait traduit la chanson en coréen pour lui, donc il a compris le sens de la chanson et le contenu émotionnel qu’il fallait pour raconter cette histoire. Alors qu’on continuait de travailler en studio, je pense qu’il y a eu un moment où il a vraiment compris le sentiment de la chanson. Donc on l’a mis devant le micro, et en gros il a juste fermé les yeux et commencé à enregistrer.

ERC: Il s’est entraîné avant qu’on commence à enregistrer, et il chantait pile dans le micro mais il chantait une ligne, me regardait, en chantait une autre, me regardait à nouveau… Il me regardait tout le temps pour être rassurer. [rires] Parfois quand c’était compliqué je le lui chantait, et il chantait ensuite. Il continuait de me regarder pour vérifier qu’il avait bien compris, alors je lui levait mon pouce. Bien que je ne connaissait pas le coréen et qu’il ne connaisse qu’un peu d’anglais, nous avons développé une bonne méthode de communication à travers le regard et des pouces levés.

Photobucket

A: C’était tellement facile pour lui, et après que nous ayons chanté une fois la chanson, c’était juste fantastique. Je suis entré avec lui en studio, et on se répondait l’un-à-l’autre en chantant et nous avons quelques expériences avec quelques un des adlibs que vous entendez dans la chanson. Il a juste fermé ses yeux, et a emmené la chanson dans une autre dimension. C’était comme si nous faisions une bataille pour American Idol ou quelque chose comme ça. Chaque fois que je chantais une note, il faisait mieux que ce que je venais de faire, et j’ai été impressionné et soufflé par le talent qu’il a.

ERC: En fait il a fait cette effet – celui qu’il fait dans le deuxièmes couplet sur “be.” Automatic le lui a chanté, et il a dit d’accord. Il l’a fait, et c’était mieux que ce que Automatic avait fait. J’étais avec lui devant le micro, et j’étais comme “Heyyy!”. Automatic m’a dit que tout le monde dans le studio rigolait.

“Uncommitted” est une ballade pleine d’esprit, vous savez ? Donc quand Junsu faisait ces petits vibrato pleins de soul, Automatic lui a dit une fois “Mec, on te change en noir » ou “Tu deviens noir ! »  Il l’a compris et a dit, « Non, je ne suis pas noir, je suis jaune. » On n’a pas pu s’empêcher d’éclater de rire.

C’était vraiment amusant de travailler avec lui, spécialement quand il faisait des vibratos et des arpèges qu’on n’attendait pas. C’était excitant de voir comment il pouvait chanter cette chanson avec tant de style et de soul. Il travaille vraiment dur, et je pense que c’est évident, parce que son travail paye.

A: Il a un don naturel. Je suis impatient de retravailler avec lui. Je considère la relation que je développe avec lui comme celle entre Quincy Jones et Michael Jackson. J’espère que c’est ce genre de relation que nous allons avoir, et que nous allons continuer à travailler ensemble. Je pense que ce que nous avons fait ensemble n’est que le début, et je pense qu’on va faire des choses incroyables qui étonneront les gens !

APA: Pensez-vous que le clip représente bien la chanson ?

A: Voir un artiste aussi bon que lui chanter une chanson que vous avez faite avec votre coeur est le meilleur sentiment au monde. “Tarantallegra” est une bonne vidéo de performance, mais “Uncommitted” montre vraiment Junsu en tant que personne, que chanteur – et le montre évoluer en tant qu’homme. Donc je pense que quand les gens voient cette vidéo, ils le verront comme ils ne l’ont jamais vu avant. J’aime la vidéo, et je pense qu’elle est une excellente plate-forme pour la chanson.

APA: Après avoir travaillé avec Junsu, comment compareriez-vous ça avec le fait de travailler avec des artistes américains ?

A: La raison pour laquelle je compare Junu à Michael Jackson si souvent est qu’il a grandi avec la musique. Il a fait ça depuis longtemps, donc il a il a une sens artistique et un professionnalisme qui sont encrés dans son esprit et qu’on ne voit pas chez les artistes qui ne sont dans l’industrie que depuis quelques années. C’est un niveau d’expérience différent. Quand vous travaillez avec Junsu, vous voyez vraiment la crème de la crème.

Quand on parle de la différence entre lui et des artistes américains : je ne pense pas qu’il y ait une différence de culture, mais de professionnalisme. J’espère que l’Amérique l’acceptera, ce serait fantastique. Je pense qu’il représentera un défi et qu’il sera un artiste que les gens regarderons en se disant qu’il est en haut de l’échelle.

Les gens chantent notre chanson au Mexique, au Brésil, au Chili. Quand il la chante, les gens chantent « Uncommitted » ligne par ligne, c’est juste exceptionnel. Chaque jour, il s’améliore !

J’ai fait un saut périlleux et j’ai couru sur les murs. Je suis juste tellement heureux !

Photobucket

APA: Travailler avec un artiste K-Pop en étant un producteur américain, quel avenir voyez-vous pour la K-pop et voulez-vous être plus impliqué ? 

A: Oui, oui, oui et oui. Tout d’abord je pense que la K-pop deviendra importante, parce que c’est expérimental et frais. Et oui, j’aimerais être plus impliqué dans la K-Pop parce que beaucoup d’artistes ne sont pas effrayés d’expérimenter des choses. Nous sommes des « auteurs et des producteurs hybrides », et la K-pop actuellement et une grande plate-forme pour les auteurs et les producteurs comme Ebony et moi. Nous n’avons pas à nous retenir, donc nous pouvons vraiment faire de notre mieux et essayer de créer quelque chose de neuf et d’excitant. Nous voulons vraiment continuer à produire autant d’artistes K-Pop que possible, et évidemment, développer une relation incroyable avec Junsu.

APA: Des artistes avec lesquels vous aimeriez travailler en particulier ?

A: J’aimerais travailler avec G-Dragon.

ERC: B.A.P en est définitivement un.

A: On aimerait travailler avec Psy, G-Dragon, Big Bang, B.A.P et beaucoup d’autres ! Il y en a tellement, y compris des artistes J-pop également. Nous essayons d’aller vers ces opportunités actuellement.

APA: Sur quoi travaillez-vous actuellement, et que pouvons-nous attendre à l’avenir ?

A: On essaie de proposer des chansons à Chris Brown, on travaille pour envoyer des chansons pour l’hommage à Whitney Houston, et on travaille avec Leona Lewis aussi. On travaille aussi sur le premier single de InRage qui sortira au premier trimestre de l’an prochain. Mon groupe, Asphalt Messiah, cherche à sortir quelque chose autour de la même période également. L’an prochain sera une année incroyable, parce que nous travaillons aussi sur l’album solo de Ebony en tant que Evanrae.

ERC: Nous voulons également saluer tous les fans qui ont soutenu Junsu et Automatic et tous les InRagers que nous avons rencontré à travers cette expérience. Vous avez tous été tellement gentils envers nous, et nous espérons que vous continuerez à soutenir Junsu, JYJ, et InRage.

Nous travaillons sur une refonte de notre site web qui est un lieu spécial pour les InRagers, alors faites attention ! En fait, nous avons bientôt aussi une surprise pour nos fans de “Uncommitted”, alors restez connectés !

 

Crédit: Mai Nguyen via Asia Pacific Arts

Traduction française: JYJ Francophone

Publicités

À propos de jyjfrancophone

Page for french fans of JYJ Translated news about JYJ or about the individual activities of JYJ members

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :