Flux RSS

Archives de Catégorie: Procès

[News] Pourrons-nous voir JYJ dans « Strong Heart » ?

Publié le

PS12121700025

Bien que les possibilités pour JYJ d’apparaître dans les émissions musicales et les émissions de variété se soient ouvertes, la porte qui continue de les bloquer est toujours très élevée. Le procès des JYJ avec SM Entertainment a été réglé, mais aucune chaîne télévisée n’a agit pour inviter JYJ sur leurs programmes.

JYJ s’est battu en procès contre SM pendant trois ans et quatre mois. Le fait qu’ils soient des « stars de la K-Pop » et des « anciens membres de TVXQ » n’a pas été suffisant pour les pousser sous les projecteurs. Alors que les producteurs et les scénaristes recherchent toujours des sujets de controverse et des nouveaux visages, on pourrait croire qu’ils se rueraient vers JYJ.

Un représentant de l’agence de management de JYJ, C-JeS Entertainement, a déclaré : « Nous n’avons pas arrêté de frapper aux portes (des émissions musicales et de variété), mais d’avons pas reçu la moindre confirmation ou la moindre demande venant d’une équipe de production », et « Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi ». Leurs chances sembles faibles pour les émissions de remise des prix de fin d’année également. Le réprésentant à dit, « Nous avons abordé différentes émissions de remises de prix, avec des preuves des fortes ventes d’album, et certaines ont indiqué ne pas encore avoir l’intention d’inviter JYJ ».

Avec SM qui domine toutes les entreprises de diffusion, beaucoup dans l’industrie se demandent si JYJ seront jamais vraiment libres de poursuivre des activités indépendantes. Un représentant a déclaré, « Voyez les choses de cette façon, est-ce que JYJ pourraient vraiment apparaître dans « Strong Heart » sur SBS, une émission télévisée dirigée par des célébrités de la SM et les Super Junior ? »

De nombreux représentants de l’industrie musicale élèvent leur voix contre la façon de « marcher sur des coquilles d’oeufs » que les entreprises de diffusion adoptent à cause de leurs relations avec les grandes agences de divertissement. Bien qu’il n’y ait pas d’exemple spécifique de coercition, les entreprises de production « suivent docilement » les souhaits des entreprises majeures du divertissement, qui ont les célébrités coréennes les plus en vue travaillant sous leur label, afin de conserver leurs relations intactes.

Un représentant du département variété de KBS a déclaré, « Bien que je suis sur que JYJ pourra poursuivre librement des activités indépendantes lorsqu’ils commenceront à effectivement apparaître dans les émissions télévisées, beaucoup de monde dans l’industrie espèrent simplement que ce ne sera pas eux qui feront le premier pas ». Un représentant du département drama de MBC a déclaré: « Bien que JYJ ont rencontré le succès dans de nombreux domaines où les entreprises du divertissement ont moins d’influence, je sais de façon certaine qu’il y a de nombreuses fois où même ces activités ont été à deux doigts d’échouer », et « Je ne pense pas que l’on puisse dire que JYJ soient vraiment « libres » maintenant ».

Un représentant de C-JeS Entertainment a montré sa déception en disant, « Il n’y avait plus de problèmes légaux – pas depuis le 28 novembre quand les deux partis sont arrivés à un accord, mais depuis trois ans, quand la première injonction a été acceptée par le tribunal. Nous savions depuis le départ que les problèmes auxquels JYJ faisaient face concernant les entreprises de diffusion n’ont jamais été un problème légal ».

Source: [edaily]
Traduction anglaise: dongbangdata.net
Traduction française: JYJ Francophone

[News] JYJ parvient à un accord en Corée, mais ne peuvent toujours pas avoir d’activités au Japon à cause d’un confit qui continue.

Publié le

 Note: C’est un article d’un tabloid japonais qui relate l’accord entre JYJ et SME et les possibilités d’activités de JYJ au Japon. Ce n’est pas la première fois que cet article écrit un article négatif sur JYJ.
Pour rappel:
– la date prévue pour le jugement du procès entre Avex et C-JeS est le 18 janvier. 
– Dans le procès, AVEX avait désigné le contrat exclusif encore SM et JYJ comme raison pour laquelle JYJ ne peux avoir d’activités au Japon. L’accord entre SME et JYJ et la fin du contrat qui les liait l’un à l’autre devrait donc affaiblir les arguments de Avex.

***

Le 28 novembre les trois membres du groupe coréen JYJ et leur ancienne agence SM Entertainment (“SM”) sont parvenus à un accord légal en Corée dans le procès concernant les contrats d’agence exclusifs.

Jaejoong, Yuchun et Junsu, trois ancien membres du groupe coréen Tohoshinki, ont demandé une injonction temporaire en 2009 concernant leurs contrats d’agence exclusifs en se basant sur les raisons que leur contrat de 14 ans était trop long, et que la répartition des royalties était injuste.

De plus, en avril 2010, les trois membres ont signé avec une agence nouvellement créée et ont formé JYJ. Ce qui signifie que l’espoir des fans pour la réunification des 5 membres sont devenus vains, et le groupe s’est séparé pour devenir Tohoshinki avec Yunho et Changmin,et JYJ.

Cela fait 3 ans et 4 mois que l’injonction temporaire a commencé cette affaire. Avec l’accord légal cette fois-ci, tous les procès entre SM et JYJ ont été annulé, et les deux parties ont signé un accord pour « ne plus interférer dans les activités de l’autre ».

Une personne de l’industrie du divertissement en Corée parle de l’avenir des JYJ.

« Tout d’abord, jusqu’à présent, tous les média en Corée avaient bloqué JYJ en raison du problème des « contrats doubles avec SM », forçant les membres à s’engager sans le vouloir dans des activités individuelles comme les dramas et les comédies musicales. L’accord légal cette fois-ci marque une séparation complète entre JYJ et SM, et bien que Junsu rêverait de se tenir à nouveau sur scène en tant que Tohoshinki, la possibilité que les 5 membres se regroupent à disparu. Cependant, à partir de maintenant, les 3 membres de JYJ pourront avoir des concerts et des apparitions télé en tant que JYJ. Bien sûr, ils pourront également sortir de nouvelles chansons. »

Si c’est vrai, leurs activités au Japon seront quelque chose à anticiper. Mais c’est un peu compliqué.

« Maintenant, JYJ a un procès en cours sur les contrats au Japon. Avant que ce ne soit réglé, leurs activités au Japon seront impossible… », selon une personne de l’industrie de la musique.

En réalité, les activités prévues l’année dernière au Japon par JYJ ont fait face à des annulations répétées juste avant les dates prévues. La décision du tribunal sera connue en Janvier, mais il y a une forte possibilité qu’il y ait un appel. Il semble possible que le procès s’éternise. Il pourrait ne pas être possible pour JYJ d’avoir des activités au Japon dans les années à venir, à moins que cette situation de soit réglée.

Source: Jyosei Seven (numéro du 20 Dec 2012) via news-postseven
Traduction anglaise: @Jen_BabyLove
Traduction française: JYJ Francophone

Un nouveau monde pour les contrats dans la K-Pop ?

Publié le

Le group de pop coréenne JYJ gagne sa liberté, et montre le chemin pour d’autres groupes. 

Après trois ans et demi de difficultés, le groupe K-Pop à la popularité phénoménale JYJ a finalement gagné son combat pour se libérer de SM Entertainment, la plus grande agence de management de talents en Corée du Sud.

L’accord, atteint lors d’un arbitrage en huis clos, laisse SME et les autres managers coréens face à une jurisprudence pour préserver les contrats signés avec les adolescents involontaires dans leurs agences, qui les engagent généralement plus longtemps qu’une décennie.

Les membres de JYJ, Kim Jaejoong, Park Yuchun et Kim Junsu, était pris dans un contrat incassable de 13 ans qui ne leur laissait pratiquement aucune possibilité d’être payés à hauteur des profits qu’ils ont réalisé en tant que trois des cinq membres du premier phénomène de pop asiatique, les DBSK/TVXQ,qu’ils ont quitté pour former leur propre groupe.

La bataille judiciaire de JYJ contre SME s’était en fait terminée, à toutes fins utiles, il y a quelques temps déjà. JYJ avait demandé une injonction pour invalider leurs contrats en 2009, ce que le Tribunal avait accepté pour que JYJ puissent continuer à travailler et poursuivre des activités individuelles.  Cependant, en Avril 2010 SME avait porté plainte pour clarifier la validité du contrat. Le Tribunal avait finalement pris le parti de JYJ et avait décidé que SME devrait payer une amande pour chaque interférence connue  dans les activités de la carrière des JYJ, qui ont été nombreuses et variées. Pendant ce temps, malgré la popularité phénoménale du groupe, le cartel du monde du divertissement leur est tombé dessus, les gardant éloignés avec succès des antennes, non seulement en Corée mais également au Japon.

Le 13 septembre, le Tribunal du District de Séoul a reporté à une date indéterminée la lecture de son verdict dans le procès final en faveur d’un arbitrage obligatoire. Les réseaux de diffusion sud-coréens avaient accepté de conserver le blocus jusqu’à ce « qu’un verdict soit atteint dans le procès », malgré la décision du Tribunal deux ans auparavant de de rendre les actions de SME illégales et punissables d’une amende. Cela signifie qu’aussi longtemps que la SME est restée campée sur ses positions, refusant d’avancer dans les négociations sur la somme d’argent qu’elle devait réellement, l’interdiction du groupe de se produire à la télé a continué.

« Ce qui nous inquiétait était que littéralement chaque artiste de l’industrie de la K-Pop à part JYJ bénéficierait de leur combat si le procès restait aux oubliettes indéfiniment en attente d’un arbitrage et que SME continue simplement de refuser  un compromis », a dit l’un des observateurs.

Les épisodes d’interférence avec les activités de la carrière de JYJ pendant les trois ans et demi de bataille légale ont été nombreux, continus, et bien documentés, comme indiqué dans l’article du 9 novembre de Asia Sentinel.

Etant donné l’influence économique de SME dans l’industrie, le géant du divertissement a été accusé d’interférer sérieusement dans la capacité des JYJ à se produire dans n’importe quel média, y compris la radio et la télé. JYJ étaient exclus des cérémonies de récompenses, des salles de concerts et de différents classement musicaus en Corée du Sud.

Cependant, dans une déclaration de presse le 28 novembre, la SME a soudainement déclaré avoir décidé de boucler l’affaire pour « éviter de causer des torts supplémentaires à U-Know Yunho et Max Changmin, (les autres membres de TVXQ (DBSK), et pour éviter de créer des nouveaux problèmes non-nécessaires ».

Les trois « ont confirmé ne pas souhaiter reprendre des activités en tant que TVXQ, et donc SM Entertainment a décidé qu’il était inutile pour l’entreprise de continuer à continuer à manager les trois ». Selon l’annonce, « Nous avons également décidé de ne plus interférer dans les affaires de l’autre à l’avenir, et c’est ainsi que le procès s’est terminé avec l’audience d’aujourd’hui. »

Comme tout le reste dans l’approche sud-coréenne, comme la dévotion fanatique portée à la qualité de la production de voitures, de téléviseurs et de produits électroniques, les entreprises de production développent l’un des programmes d’entraînement les plus intensifs de la planète. Ils en ont récolté les fruits en créant des groupes K-pop dont l’influence s’est étendue bien au delà des frontières de la Corée du Sud.  Girls’ Generation, un autre groupe produit par SME, est apparu dans l’émission populaire de David Letterman aux USA.

SM et les autres entreprises de management du divertissement ont défendu ces contrats de longue durée en disant que les coûts d’hébergement, de nourriture et d’entraînement des adolescents pendant 5 ans ou plus peuvent s’élever à des millions de dollars,  et que des contrats si onéreux sont un moyen de récupérer leur argent.

Néanmoins, la fureur concernant les soit-disant « contrats d’esclaves » dans lesquels certaines stars gagnent à peine plus de 150 dollars par mois en générant des millions pour l’entreprise de production a eu de serieuses conséquences en profondeur et ont développé des inquiétudes plus larges.

Par exemple, la Korea Fair Trade Commission a ordonné il y a quelques mois des changements importants concernant la durée légale des contrats, et a demandé de nombreux autres changements pour les entreprises du divertissement en se basant sur des révélations issues du procès de JYJ.

Le 14 novembre, SM Entertainment a connu ce que les analystes qualifient de  « choc des bénéfices » quand les résultats du troisième trimestres se sont avérés être moins de la moitié de ce qu’ils avaient anticipé. Le prix de leurs actions a chuté, entraînant dans cette baisse les actions de beaucoup d’autres entreprises du divertissement et attirant de nombreuses plaintes et demandes de la part des investisseurs institutionnels. La semaine suivante, les avocats de SME on soudainement redémarré les négociations en attente qui avaient ralenti la décision du procès des JYJ.

Juste deux semaines avant l’accord avec les JYJ, SME avait déclaré que leurs mauvais résultats étaient imputables aux coûts de production très élevés des concerts des TVXQ et Super Junior. Cette déclaration semblait égoïste pour les fans, car SM blâmait ses artistes pour des mauvaises décisions financières sur lesquels ils n’ont, clairement et par contrat, aucun contrôle.

D’où la question finale de savoir si JYJ seront autorisés à revenir à la télévision sud-coréenne. Leur popularité et les fortes ventes de leurs albums sembleraient indiquer qu’ils méritent d’y être. Cependant, leurs fans remarquables en Corée et à l’étranger sont plus inquiets que jamais que, malgré la fin du procès, la capacité de SME à contrôler les discussions signifierait que les producteurs télé continueront à donner des excuses expliquant qu’ils ne peuvent pas apparaître à la télé.

Les sociétés exécutives de média n’ont, à ce jour, pas été particulièrement encourageantes sur le sujet. Quand ils ont été interrogés sur la fin de l’affaire, le chef-directeur de KBS Chon Jinkook a dit à un média local : « Je pense que nous pourrons donner notre position après avoir considéré et arrangé la situation. Comme la principale raison était le procès, à mon avis, il n’y a plus de raison de bloquer leurs activités dans nos programmes si c’est clairement réglé. »

Won Mansik, le chef-directeur de la chaîne MBCa dit : « Malgré la fin du procès, je pense que leurs apparitions demanderont du temps. » Un autre officiel de MBC a dit : « Nous n’avons pas encore discuté de leurs apparitions sur nos programmes (y compris programmes musicaux et de divertissement).  Je pense que l’ensemble de l’industrie du divertissement devrait y réfléchir à partir de maintenant ».

Park Seungmin de l’émission Inkigayo sur SBS a dit « C’est le problème de l’ensemble de l’industrie du divertissement. Nous n’en avons pas encore discuté. Donc je n’ai rien à dire sur le sujet. »

Des fans de JYJ ont juré de les voir à la télé. Ils ne reculeront pas facilement. Avec la décision du 28 novembre, le procès est terminé et JYJ ont obtenu leur liberté. Mais la suite demeure incertaine.

(L’auteur est un auteur-compositeur américain et producteur de musique qui s’inquiète de la cause de la justice pour les artistes en Corée du Sud.)

Crédits: Asia Sentinel
Traduction française: JYJ Francophone

[News] Le procès se termine enfin, réduisant à 0 les possibilités de TVXQ à 5

Publié le

(Note – Il s’agit d’une traduction d’article, nous tenons à rester neutre sur le possibilité d’un retour à 5 à l’avenir)

Le procès concernant le contrat exclusif entre SM Entertainment et JYJ (Jaejoong/Yuchun/Junsu) a abouti l’accord des deux parties. Cela a signé la fin du procès qui a duré 3 ans et 4 mois.

D’après les cercles légaux, le 28 novembre, SM Entertainment et JYJ ont accepté de mettre fin à tous les contrats signés entre les deux parties, avec la date (de fin de contrat) du 31 juillet 2009, date de la demande d’injonction. De plus, ils se sont mis d’accord pour retirer toutes les plaintes liées à l’affaire, et à ne plus interférer dans les activités de l’autre. Dès lors, JYJ et les deux membres de TVXQ sont maintenant sur des chemins séparés.

TVXQ a conduit des activités avec deux membres – Yunho et Changmin, et Jaejoong Kim/ Yuchun Park/ Junsu Kim ont mené à la fois des activités individuelles avec des carrières d’acteurs, et des activités avec le groupe JYJ. C’est maintenant la 3ème année depuis la formation de JYJ en septembre 2010, et TVXQ et JYJ connaissent tous deux une forte popularité en Corée et à l’étranger.

Alors que le conflit se termine par un accord, maintenant il n’y a presque aucune chance pour que TVXQ soit de nouveau à 5 membres. De plus les deux parties on déjà suivi leur propre chemin, donc on peut s’attendre à ce qu’il n’y ait que très peu de changements dans leurs activités. TV2XQ et JYJ peuvent maintenant conduire leurs activités de façon indépendante, libres de tout procès.

Jaejoong Kim, Yuchun Park et Junsu Kim ont d’abord fait leurs débuts en tant que TVXQ en 2004, puis ont demandé, le 31 août 2009, une injonction contre SM Entertainment – leur ancienne agence – pour mettre fin à la validité de leur contrat exclusif.

Source – http://m.media.daum.net/entertain/enews/view?newsid=20121128121714855

Note) Les noms de JYJ seront également retirés de la liste des artistes SM sur le rapport financier déstiné à la bourse du 4ème trimestre puisque les trois membres de JYJ ne font ni partie de SM, ni membres de TVXQ depuis l’invalidation des contrats. (SM avait gardé les noms de JYJ dans la liste des membres de TVXQ en insistant sur le fait qu’ils étaient toujours des chanteurs SM, puisque les contrats exclusifs étaient toujours valides)

Traduction anglaise: http://dedicatee.wordpress.com
Traduction française: JYJ Francophone

[NEWS] JYJ termine le procès contre la SM – “Ils ne perturberont plus les activités de l’autre”

Publié le

Le groupe JYJ (Jaejoong Kim, Yuchun Park et Junsu Kim) sont libres de la SM Entertainment.

Le procès entre SM Entertainment et JYJ s’est terminé sur la base d’un accord mutuel, 3 ans et 4 mois après qu’il ait commencé.

D’après les cercles légaux, SM Entertainment et  les trois membres des JYJ ont accepté de mettre fin à leurs contrats à partir de la date du 31 juillet 2009. De plus, les deux parties se sont engagées par écrit à ce que 1) Les deux annuleraient la plainte déposée contre l’autre, 2) et ne perturberont plus les activités de l’autre.

Jaejoong, Yuchun et Junsu, qui avaient débuté en 2004 sous TVXQ, avaient porté plainte le 31 août 2009 pour clarifié l’invalidité des contrats exclusifs et ont été actif en tant que JYJ à partir de septembre 2010.

Lien d’origine: Asia Today via Nate
Traduction anglaise: 
http://dedicatee.wordpress.com
Traduction française: JYJ Francophone

[News] La bataille légale entre JYJ et SM se termine

Publié le

La bataille légale entre JYJ et SM Entertainment se termine enfin !

Après ce qui semble une éternité, il a été reporté que les deux partis sont arrivés à un accord mutuel le 28 novembre.

Il est dit que SM Entertainment et JYJ ont tous les deux retiré leur procès l’un contre l’autre, et se sont mis d’accord pour ne plus interférer avec les activités de l’autre.

La longue bataille avait démarré le 31 juillet 2009, quand la plainte intiale a été déposée contre SM Entertainment par les trois membres de JYJ, qui faisaient partie de TVXQ, demandant l’annulation de leurs contrats. Depuis, les deux partis ont échoué plusieurs fois à atteindre un accord, et avaient prévu de se retrouver au tribunal plus tard cette année.

Il semble que la bataille légale soit maintenant terminée et que les deux partis, surtout JYJ, pourront maintenant avancer, libres de toute contrainte juridique qui les retenaient.

Source: HankookiAsia Today
Crédit: Allkpop
Traduction française: JYJ Francophone

[News] L’agence de JYJ gagne un procès de 1 milliard de wons contre une entreprise de distribution de disques

Publié le

C-JeS Entertainment, l’agence des JYJ, est sortie gagnante de son procès de 1 milliard de wons.

Le Tribunal du District Central de Séoul s’est récemment prononcé en faveur de C-JeS Entertainment dans son procès contre l’entreprise de distribution d’albums Asia Bridge Contents, et a ordonné à cette dernière de rendre à C-JeS Entertainment le milliard de wons de payement en avance que C-JeS Entertainment leur avait donné pour la production de son album.

Photobucket

C-Jes Entertainment avait initialement décidé de produire l’album des JYJ, The Beginning, avec l’entreprise ‘K’. Asia Bridge Contents avait ensuite donné une avance de un milliard de wons  à l’entreprise ‘K’ le 4 octobre.

Cependant, quand l’entreprise ‘K’ a refusé de rendre le milliard d’euros à Asia Bridge Contents, l’entreprise de distribution à alors intenté un procès contre C-JeS Entertainment, demandant à l’agence de rendre son milliard de wons à l’entreprise ‘K’.

Néanmoins, le Tribunal du District Central de Séoul a déclaré que C-Jes Entertainment n’est pas responsable, et s’est prononcé contre Asia Bridge Contents.

Photo : C-Jes Entertainment
Crédit: enewsworld
Traduction française: JYJ Francophone

[Trad] 09/10/12 Un groupe K-Pop sous menaces (article écrit par un compositeur américain)

Publié le

SM Entertainment essaie de condamner un groupe rebel à l’oubli

Le groupe pop sud-coréen JYJ est arrivé sur la scène musicale du pays en 2004, comme trois des cinq membres groupe DBSK qui faisait de la pop. Ils sont vite devenus ce que les observateurs appellent – et de loin – le groupe le plus populaire et le plus vendeur que SM Entertainment ait jamais créé, générant de nombreux millions de dollars pour l’entreprise de management en seulement cinq ans.

Cependant, aujourd’hui, les chanteurs Kim Jaejoong, Park Yuchun et Kim Junsu restent enchaînés par une justice qui favorise les puissants, après que le trio ait essayé de rompre le contrat de 13 ans qu’ils avaient signé en tant qu’adolescents mineurs au début de leur carrière. C’était un contrat qui les a fait travailler jusqu’à l’épuisement, et ne les payait qu’une fraction de l’argent qu’ils rapportaient, ne tenait pas compte des droits d’auteurs, et ne laissait que peu de place pour une renégociation malgré sa durée de plus d’une décennie. Le groupe a porté plainte pour être libérés, et le tribunal a accepté. Le contrat a, depuis, été déclaré invalide par le tribunal, car il est trop en faveur de SM. Mais ça ne s’est pas terminé là.

SM Entertainment est la plus grande des trois principales agences de management d’artistes en Corée. Elle a affronté de nombreuses critiques qui reposent sur ses « contrats d’esclaves » qui lient les artistes à leur agence pour au moins dix ans, sans porte de sortie. Elle a produit entre autres Girls’ Generation, Kangta, BoA, Super Junior et beaucoup d’autres. Les observateurs, cependant, les accusent d’agir presque comme une secte.

Et les critiques disent que l’entreprise travaille avec autant d’acharnement pour créer les stars de la pop que pour détruire la carrière de ceux qui essayent d’échapper à leurs contrats. Il est reconnu que JYJ sert d’exemple à cette ligne d’attaque. Les trois membres disent eux-mêmes avoir demander à l’entreprise de management une déclaration de royalties reflétant avec exactitude les revenus qu’ils ont généré pour elle après avoir atteint la célébrité et rencontré le succès, et d’enfin recevoir une part équitable. Parmi d’autres points du contrat désormais invalide signé lorsqu’ils étaient adolescents, figure le fait qu’ils devraient payer à l’entreprise entre 400 et 480 millions de dollars s’ils la quittaient avant la fin du contrat.

L’invalidation du contrat ne sonne pas la fin de leurs problèmes judiciaires. Le 13 septembre, le Tribunal du District de Séoul a reporté à une date indéterminée le rendement de son verdict final, en faveur d’une conciliation obligatoire. Les chaînes de télé sud-coréennes se sont accordées pour maintenir le blocage « jusqu’à ce qu’un verdict soit rendu dans le procès », et ce malgré le fait que le tribunal ait déclaré il y a deux ans que les actions de SME étaient illégales et punissables d’une amende. Mais aussi longtemps que SM continue de faire obstruction, refusant de faire évoluer les négociations concernant l’argent qu’ils doivent à JYJ, il n’y aura pas d’issue au procès. Et l’interdiction concernant les JYJ sera maintenue indéfiniment.

Comme Asia Sentinel l’a reporté en janvier 2011 dans une histoire concernant le groupe « lollipop » de SM Entertainment, Girls’ Generation, la scène de la pop sud-coréenne est unique au monde. Avec le même soin que pour produire des voitures, des télévisions, des containers et des machines à laver, la Corée du Sud utilise les mêmes techniques pour produire des stars de la pop. Elle se repose sur une préparation intensive eu une attention servile portée aux détails, un business model appelé « technologie culturelle » qui a emmené les célébrités du pays bien au delà de ses frontières, alors même que le genre soit décrit par les critiques musicaux comme ce qui ressemble à un moule à gâteaux pour les groupes pop, laissant à désirer sur les plans musicaux et artistiques.

Quand les trois membres ont décidé de se mettre en route seuls malgré les menaces de SM, ils sont partis avec presque rien d’autre que leurs habits. L’entreprise était propriétaire de tout ce qu’ils pensaient leur appartenir, y compris les appareils d’enregistrement et les cassettes sur lesquelles étaient écrites leurs nouvelles composition non diffusées/sorties, ainsi que les cadeaux que les fans leurs avaient offerts.

Selon les initiés, la SM fait appel à de nombreuses entreprises du divertissement, parmi lesquelles leurs chaînes de télé alliées et d’autres organisations officielles, pour contrôler les jeunes artistes. Par exemple, en janvier 2011, la Korea Entertainment Producers Association (Association des Producteurs de Divertissement de Corée) a fait signer à ses membres une déclaration disant que « Su le verdict est rendu en faveur du trio qui ont demandé une injonction ainsi qu’un procès, de nombreuses célébrités abuseront des résultats pour porter plainte contre leurs agences respectives, sans tenir compte du fait que l’injonction initiale ait été demandée par le trio dans le simple but d’obtenir des profits financiers individuels en abusant de la pré-conception erronée que le public a des contrats d’esclaves.”

Du moment où ils ont porté plainte jusqu’à la fin de l’année 2009, les trois membres disent avoir rempli tous les contrats que la SM avait signé pour eux. La dernière prestation avec les deux membres de leur ancien groupe, Jung Yunho, et Shin Changmin, était lors d’une performance de fin d’année au Japon.

Suite à cela, les difficultés de tous ordres ont commencé à arriver. La bande-son pour le drama coréen très populaire SungKungKwan Scandal, avec Park Yuchun, a été largement bloquée par les distributeurs. Les interviews télévisées avec le chanteur-acteur ont été annulées et alors même qu’il a reçu le prix de meilleur acteur débutant aux KBS Drama Awards, il n’a mystérieusement jamais été mentionné ou montré dans le moindre programme de divertissement à la télévision ventant les mérites du drama ou son succès, y compris sur KBS.

Baek Chang Joo, le président de la nouvelle agence de management des JYJ, a dit l’an dernier que tout ce que l’agence a essayé de faire pour promouvoir JYJ prend quatre plus de temps parce que ils sont ralentis, annulés et bloqués partout où ils vont.

SM a demandé en vain une injonction pour empêcher le trio de sortir son nouvel album anglophone “The Beginning,” et envoyé une lettre à Warner Music leur demandant de ne pas le distribuer. Le 13 octobre 2010, il a été annoncé que la Fédération Coréenne pour la Culture Populaire et l’Industrie Artistique (Korean Federation of Pop Culture and Art Industry) a demandé à trois chaînes de télé principales, aux chaînes câblées, aux maisons d’enregistrement, aux distributeurs, à la presse et d’autres organisations similaires de ne pas les engager pour des apparitions télévisés et de ne pas travailler avec eux.

Lorsque les média sud-coréens l’ont rapporté, la fédération a nié qu’il s’agissait d’un « document officiel – une déclaration qui a été démentie après que la lettre, portant le titre « Document officiel envoyé par la KFPCAI,” ait été rendue publique. Dans un autre retournement de situation, cette fédération de surveillance présumée officielle était encore inconnue avant d’envoyer ce document. Elle n’avait pas d’adresse de bureaux, et pas d’information de contact.

Cependant le document a été prise pour parole d’évangile par tous ceux qui l’ont reçu. C’était comme si quelqu’un bien plus grand, plus influent et puissant était en réalité derrière elle – quelqu’un avec une forte rancune contre JYJ. Et visiblement, l’avertissement a été pris en compte. La participation du groupe pop à la cérémonie sud-coréenne des Blue Dragon Film awards a été annulée. Leurs activités dans de nombreux talk-shows et émissions musicales étaient soit reportées soit annulées.

Les critiques disent que c’est un secret de polichinelle que la SM s’avère être derrière une longue liste de tentatives pour black-lister le groupe. Des visas ont été indéfiniment retardés pour un voyage aux USA qui visait à donner des mini-showcases pour promouvoir leur album, “The Beginning.” Les quatre showcases ont ensuite été donnés gratuitement, et ont rencontré un grand succès. Néanmoins, JYJ a travaillé avec détermination et a continué d’avancer. Aux Etats-Unis, ils ont collaboré avec Billboard Magazine et MTVKorea.

De retour en Corée du Sud, JYJ s’est embarquée pour une tournée complète. Le premier concert a eu lieu à Séoul en Novembre au Jamsil Olympic Stadium, pendant deux soirs, attirant au total 70 000 fans, dont beaucoup venaient du Japon. Ces concerts ont été suivis par d’autres en Thaïlande  à Taiwan, en Chine puis en Amérique du Sud. Ils ont terminé avec deux autres concerts à guichet fermé en Corée du Sud pour terminer.

Ainsi, malgré la pression et le black-listing, JYJ a réussi à se développer, produisant en 2011 un album qui a remporté un franc succès international,“In Heaven”, se produisant dans plusieurs dramas à succès, et faisant une tournée de concerts en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique du Sud sous les acclamations. Au milieu de la pression que SM leur impose pour en faire un exemple à ne pas suivre aux yeux des autres artistes du label, ils ont prouvé qu’ils pouvaient réussir en ne se reposant que sur leur talent, leurs compétences et le soutien de leurs fans.

Le trio continue de faire des actions de charité et à jouer le rôle d’ambassadeurs pour leur pays pour diverses associations. Populaires au Japon, ils ont même donné un concert dont les bénéfices ont permis d’aider les victimes du tremblement de terre de Fukushima, qu’ils ont été forcé de tenir dans un endroit reculé du Japon parce qu’un partenaire d’affaires de SM, l’entreprise japonaise de divertissement AVEX a fait tout en leur pouvoir pour le bloquer, cette fois sans y parvenir. Les gens, les fans et les responsables de la ville voulaient que JYJ donnent leur concert. Et ils l’ont fait, devant environ 80 000 fans en deux jours.

Depuis le départ, il y a eu beaucoup de hauts et de bas. Mais un cadeau involontaire de départ qu’ils ont obtenu pendant leurs années à SM était la capacité de travailler aussi inlassablement que n’importe qui d’autre dans l’industrie musicale actuelle, avec un grand enthousiasme et une bonne humeur incessante. Leur talent en tant que chanteurs, acteurs et interprété, leur a toujours appartenu et leur appartient toujours. Les trois se sont fièrement déclarés coréens. Même face au black-listing, aux interdictions et au comportement dédaigneux des média et de l’industrie musicale sud-coréenne, ils continuent d’aimer et de représenter leur pays.

(L’auteur est un compositeur et producteur vivant aux Etats-Unis qui se sent concerné par la cause de la justice pour les artistes Sud-coréens.)

Source: Asia Sentinel
Traduction française: JYJ Francophone

[NEWS] 07/10/12 “Le management de JYJ n’est pas responsable des dommages résultant du showcase de JYJ aux USA” – Tribunal de Grande Instance de Séoul

Publié le

JYJ a gagné le procès concernant ses concerts aux USA.

Le 7 octobre 2012, le département civil n°31 du tribunal de grande instance de Séoul (Juge associé : Dong Won LEE) a rejeté le procès demandé par un représentant ‘Kim’ de l’entreprise ‘C’ (anonyme) qui avait signé un contrat d’investissement avec le promoteur américain. Kim a porté plainte contre C-JeS Entertainment (l’entreprise de management de JYJ) pour demander une indemnité de 1,25 milliards de wons coréens.

“Le tribunal ne peut reconnaître la preuve apportée par le plaignant [Kim], insistant sur le fait que l’entreprises de management [C-JeS Entertainment] ait approuvé le transfert partiel des droits du concert. Le fait que l’entreprise C ait signé ce contrat et payé certains frais était pour remplir le contrat signé avec le promoteur qui représentait le management [C-JeS], donc on ne peut pas reconnaître qu’elle ait eu un rapport direct avec le management », a expliqué le tribunal.

Le tribunal a continué, “Ce n’est pas suffisant pour avoir la certitude que l’entreprise de management ait dupé l’entreprise C simplement parce qu’il n’y a pas eu d’accord après avoir décidé que les concerts seraient gratuits pour le public, donc Kim ne peut pas réclamer de réparation pour enrichissement injuste, ni de remboursement des dépenses engagées”.

JYJ avait prévu de se produire en Asie, aux USA et dans d’autres pays après avoir sorti leur premier album, ‘The Beginning’ en octobre 2010 [2010 Worldwide Showcase] et l’entreprise C était en charge du processus à Hong Kong et aux U.S.A. JYJ ont eu des problèmes avec leur visa de travail aux USA, mais l’entreprise de management a spontanément transformé le concert en concert gratuit, et les JYJ ont terminé leurs concerts aux USA.

Kim, qui est lié à l’entreprise C, a déposé plainte contre l’entreprise de management de JYJ pour demander 1,25 milliards de wons coréen en argumentant sur le fait que “Le management a demandé l’annulation de la condition de remboursement des dépenses causées par leurs concerts gratuits, mais n’a pas rempli le contrat.”.

Source: Newsen via Nate
Traduction anglaise: http://dedicatee.wordpress.com
Traduction française: JYJ Francophone

[News] JYJ vs SM – Le verdict est reporté sans date définie

Publié le

Le verdict pour le procès en cours qui oppose JYJ et SM Entertainment à propos des contrats passé a été reporté sans date définie.

Une autre audience a eu lieu le 18 septembre à 17h00 au Tribunal du Districs Central de Séoul, mais le PDG de SM, Kim Young Min, et les avocats des deux partis n’ont pas réussi à parvenir à un accord. Le tribunal a conseillé aux deux paris de trouver un accord, et a reporté le verdict à une date indéfinie.

L’affaire, commencée en 2009, n’est pas encore terminée.

Source: Sports Chosun via Nate
Crédit: Allkpop
Traduction française : JYJ Francophone